top of page

Top 3 des conseils pour être une bonne danseuse orientale

Pour pouvoir être un-e bon-ne danseur-se orientale, et un-e bon-ne danseur-se en général, il est nécessaire d'avoir quelques conseils en tête. Cet article a pour but de vous aiguiller sur quelque-uns de ces conseils. Bien sûr, il n'est pas exhaustif et il est vivement conseillé de pratiquer l'ensemble de ces recommandations plutôt que de seulement lire cet article ;). Nous compléterons l'ensemble de ces conseils par un autre article.


Avant de balayer ces 3 conseils, il est important de faire une passe sur l'histoire de la danse orientale.


Quelles sont les origines de la danse orientale ?


Les origines de la danse orientale

La danse orientale tient ses origines depuis l'histoire de l'antiquité. C'est une danse qui concentre son énergie sur le bassin du fait du parallèle avec les anciennes divinités de la fécondité. C'est également une danse populaire qui représente les femmes orientales à travers les différentes cultures et croyances. La forte culture qui émerge de la danse orientale représente nos arrières grand-mères, nos grand-mères et nos mères qui viennent du pays, du bled, el bledi : un mot si proche et porteur du style "baladi" qui tient de la puissance matriarcale et à la fois de la vulnérabilité des femmes qui se laissent emporter par les émotions de la danse. A cela s'est rajouté le fantasme occidental de la femme maghrébine - exotique - qui ondule son bassin pour séduire. La danse orientale est bercée par les rythmes de la darbouka, la mélodie du oud, la délicatesse du kanun, et plus globalement, des instruments du monde orientale.


Depuis l'âge d'or de l'Egypte (vers les années 1950), la danse orientale a pris tout un autre tournant grâce Badia Masbni, une grande femme qui monta son propre cabaret de danse et forma les plus grandes danseuses du monde arabe (Samia Gamal, Tahiyya Cariocca, etc). Badia ajouta de l'élégance à la danse populaire en incluant des mouvements de danse classique et des mises en scène empreintes du cabaret. Elle fît venir des grands professeurs étrangers, comme Isaac Dickson, pour former ses danseuses et créer des troupes. Samia Gamal est le symbole de cette fusion : sa danse mêle la grâce orientale à la technique en danse classique (présence d'arabesque, de piquet, de mouvements de bras plus ample). Tahiyaa Cariocca, quant à elle, a eu ce nom de scène car elle a intégré plusieurs mouvements de danse latine dans sa danse.


Conseil numéro 1 : s'enrichir d'autres danses pour être une bonne danseuse orientale


Danse classique

Quel est le fin mot de l'histoire à la suite de ce paragraphe sur l'histoire de la danse orientale ? La danse orientale est éclectique. Il est donc important d'ouvrir votre esprit et de vous former à d'autres danse. La danse classique est essentiel pour le style sharkî afin d'avoir de l'équilibre, faire de belle arabesque, tenir vos bras, bous grandir... Dépendant de la qualité du cours, le-a professeur-e de danse orientale sera plus ou moins attaché-e à vous apprendre ces bases pour perfectionner votre posture.


Conseil numéro 2 : Partager ses émotions sur dansant pour être une bonne danseuse orientale


Samia Gamal
Samia Gamal qui danse

Combien de fois ai-je vu des danseuses qui avaient une technique parfaite mais qui ne dégageait rien sur scène ? Il est important de communiquer vos émotions, d'autant plus sur scène lorsque votre public partage avec vous ce moment. La technique permet de structurer sa danse mais les émotions capte le public : on regarde davantage une danseuse qui sourit (même si sa technique n'est pas parfaite) plutôt qu'une danseuse qui fait la gueule et qui a une tehcnique irréprochable . La danse orientale est une danse égocentrique partagée : on communique ses émotions au public. Jouez avec le regard, exprimez vos émotions internes avec votre visage et vos mouvements... Alors écoutez la musique, laissez-vous emporter par ce qu'elle vous communique. Chaque personne aura son interprétation (sans faire abstraction les paroles de la chansons) et votre danse ne sera que plus agréable à regarder.


Conseil numéro 3 : Danser grand et avoir confiance pour être une bonne danseuse orientale



Danse orientale avec joli costume

En cours, je vois souvent des élèves qui ont une bonne technique mais qui n'ose pas se grandir, prendre de l'espace, exister. Ce dernier conseil est sans doute l'élément différenciant pour passer d'un-e élève à un-e bon-ne danseur-se. Certes, les mouvements de la danse orientale ont pour origine le bassin. Cependant, la posture et les bras sont aujourd'hui très important pour parfaire sa danse : danser petit est égal à danser comme un amateur. Une posture élégante requiert une ouverture du thorax, d'aérer ses aisselles, d'ouvrir son bassin, et de tenir son dos : le regard droit devant prêt à affronter le monde. Soigner ses bras, maintenir ses poignets, ouvrir ses coudes : cela fait partie de cette posture. Enfin, il faut prendre de l'espace sur scène. Majoritairement, un-e danseur-se orientale se produit en solo et doit donc occuper l'espace. Les déplacements sont à privilégier et les tours ne doivent pas être figés au niveau du centre de la scène.

Bref, je pense que vous avez compris : GRANDISSEZ-VOUS et OCCUPEZ L'ESPACE TELLE UNE DIVA !


J'espère que cet article vous aura prodigué quelques conseils pour améliorer votre danse et surtout, n'hésitez pas à me contacter si nécessaire. Je suis sûre que vous serez les futures Tahiyya Carioca du monde occidentale ;).


Lydia pour le Studio Lili.



76 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

3 commentaires


Invité
04 sept. 2023

Merci ces articles me motivent encore un peu plus

J'aime

Invité
28 juil. 2023

Merci pour les conseils on va essayer de les appliquer 😅 super article !

J'aime
Studio Lili
Studio Lili
29 juil. 2023
En réponse à

On est là pour vous accompagner 😍

J'aime
bottom of page